• Actualité du Cabinet PAPIN avocats Angers
  • Une information périodique par l’envoi d’une actualité juridique
  • Des formations adaptées aux besoins de nos clients

PME et activités accidentogènes : un coup de pouce pour la gestion des risques

Sonia Smati BernierActualités | 
droit de la sécurité sociale

PME et activités accidentogènes : un coup de pouce pour la gestion des risques

Certaines activités sont régulièrement pointées du doigt à raison de statistiques concernant la réalisation des risques professionnels (accidents du travail ou maladie professionnelle)…/…

Par Sonia SMATI-BERNIER

Actualités | 
droit de la sécurité sociale

PME et activités accidentogènes : un coup de pouce pour la gestion des risques

…/… On pense notamment au secteur des BTP, qui, compte tenu de la nature de ses activités, caracole en tête de ces classements.

Mais pour les petites et moyennes entreprises, maîtriser les risques professionnels suppose un effort financier particulièrement important.

Bonne nouvelle pour ces entrepreneurs, puisque la CNAMTS (assurance maladie des travailleurs salariés) propose des aides financières, destinées aux entreprises de moins de 50 salariés.

Ces aides sont attribuées par les caisses régionales (CARSAT, CRAMIF, CGSS) sur demande de l’entreprise, sous réserve des crédits disponibles d’une part, et de remplir les conditions d’obtention fixées par la Caisse d’autre part.

Parmi ces aides, figure notamment la dotation « Bâtir + », visant à permettre aux PME du secteur du bâtiment de se doter en matériel neuf de protection pour pallier les risques liés aux chutes, aux manutentions manuelles, ou encore pour améliorer les conditions de travail et d’hygiène sur les chantiers. L’aide « Echafaudage + », quant à elle, aide à l’acquisition de matériel conforme, permettant d’éviter le risque de chute de hauteur.

Ces aides sont toutefois limitées dans le temps et les réservations devront être inscrites avant le 15 juillet 2017.

Le Cabinet, qui intervient fréquemment dans le contentieux lié aux accidents de travail (faute inexcusable, pénal etc.) ne peut qu’inciter à solliciter ces aides et à les utiliser. Ce sera un argument supplémentaire en défense de l’entreprise s’il y a lieu, le moment venu .

Sonia SMATI-BERNIER

RETOUR